La muse parle à son maître

L'immaculée conception, DALÍ

Donne-moi tes yeux qui lissent mon âme
Donne-moi tes mains qui écrivent ma peau
Donne-moi ton haleine qui dessine cet arbre
Qui a vu naître la lumière de mon coeur

La perra


Comentarios

Publicar un comentario

Entradas populares de este blog

ARTE COMO CONTRAPODER

L'amour jusqu'aux enfers: Eurydice de Jean Anouilh